La Northmount land compagny Un projet inachevée

La Northmount


Vers 1900, dans le secteur où se trouve aujourd’hui le HEC sur l'avenue Decelles, un projet résidentiel voit le jour. Suite à un changement de zonage, de magnifiques terres en plateau du flanc nord-ouest du Mont-Royal deviennent disponibles au développement résidentiel.


Certaines grandes terres agricoles pourront être rachetées des cultivateurs afin d’être divisées en lots. Quelle belle opportunité pour des entrepreneurs visionnaires de convertir ce beau secteur de la montagne en un nouveau Westmount afin de permettre à des familles de s’installer dans de belles maisons à flanc de montagne entourées d’arbres fruitiers dans un paysage bucolique et paisible.

Edouard Gohier, un riche homme d’affaires de Ville Saint-Laurent, prend possession des terres de ce secteur dont celles de la famille Swail qui avait d’ailleurs débuté, 50 ans plus tôt, le lotissement densifié du village de la Côte-des-Neiges. De son côté,


L’entreprise Northmount Land Company de M. Gohier offre la possibilité aux gens non seulement d’y acheter un terrain mais aussi d’y construire une maison de rêve choisie préalablement dans un catalogue proposant plusieurs modèles à des prix fort compétitifs.


De plus, il avait un atout majeur pour attirer les familles dans ce secteur : l’air pur et sain de la montagne dont on vantait les mérites dans toutes les réclames publicitaires de la compagnie vers les années 1900. À cette époque, le bas de la ville de Montréal était grandement pollué.


L’air impur qui sortait des cheminées des usines le long du canal Lachine causait des ravages sur la santé de la population. Ceux qui pouvaient se le permettre iront s’installer dans cet endroit plus sain d’où on pouvait admirer de magnifiques couchers de soleil derrière les montagnes des Laurentides. Plusieurs familles riches avaient déjà installé leur résidence secondaire de ce côté de la montagne dont la famille de John Molson avec la villa Terra Nova (1848) qui est devenue la maison des petits chanteurs du Mont-Royal à côté de l’Oratoire.


La disponibilité du chemin de fer électrique, puis du tramway, dans le secteur va aussi permettre l’expansion de ce projet et l’essor de ce secteur en permettant une communication plus facile avec le bas de la ville. Dans les journaux d’époque, on peut lire : Prenez le tramway jusqu’à la station Northmount où, à votre arrivée, vous pourrez rencontrer nos agents dans les bureaux de la Northmount afin d’y choisir un terrain pour accueillir votre future maison.

Vous pourrez ainsi habiter dans votre maison de rêve au sommet de la montagne à un coût mensuel abordable.



C’est ainsi que le rêve devint réalité et qu’on commença à voir apparaître plusieurs superbes maisons de bois sur l’avenue Decelles entre la rue Maréchal et l’ancienne rue Marie Guyard. On pouvait en compter au moins 7 à cet endroit, mais il y en a eu plusieurs autres construites dans le secteur. Il en reste d’ailleurs quelques-unes sur la rue Lacombe. À part la maison Fendall, toutes les maisons de l’avenue Decelles ont été démolies. La maison modèle de la Northmount, située au coin Jean-Brillant, a été démolie vers 1994.


Sur cette carte postale, on peut l’apercevoir dans toute sa splendeur. Vous pouvez remarquer deux colonnes de pierre à côté e de la maison. Elles marquent l’entrée des magnifiques vergers de la Northmount. Elle correspond aussi à l’actuelle avenue Jean-Brillant.

Autre fait intéressant : sur les cartes de l’époque, on constate que les rues du secteur portent, pour la plupart, des noms de fruits. Ceci rappelle que ce secteur était réputé pour ses vergers parmi les plus fertiles de Montréal où poussaient de multiples fruits juteux et magnifiques.


Donc, avec son projet de développement immobilier, monsieur Edouard Gohier a laissé sa trace dans l’histoire de Côte-des-Neiges.

Certains commerces, une rue et autres attraits sportifs et touristiques, ont porté le nom de la


Northmount sans que la plupart des gens ne réalise le passé historique associé à ce nom dont, par exemple, une pharmacie, une quincaillerie, un club de baseball et même une glissoire.


C’est en se commémorant les activités et les réalisations du passé que nous pouvons mieux apprécier et comprendre le présent et préparer l’avenir.


Texte et recherche Jonathan Buisson

Source Archive ville de Montreal -Banq-Shcdn

https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/4248051?docsearchtext=decelles%20avenue

https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/4464297?docsearchtext=northmount&fbclid=IwAR2JD87Wyznhe6AgmlDnfu-DawfMCG6a-8buEhCfwoWADjPGVureCecdGu0

https://www.pinterest.ca/pin/283797214005972624/

270 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout