La maison Gougeon au pied de l’Oratoire

Dernière mise à jour : 30 août



Au début du 20ième siècle, alors qu’on assiste au développement rapide du village de la Côte-des-Neiges, plusieurs belles maisons se construisent, dont celle de la famille Gougeon au pied de la chapelle du frère André et du futur Oratoire Saint-Joseph. Cette famille de marchands de Sainte-Cunégonde, comme plusieurs autres familles, dont celle de ma grand-mère Marie-Anne Doucet, décidera de quitter la pollution de Sainte-Cunégonde pour l’air pur et frais de la Côte-des-Neiges. En 1923, mon grand-père Antonin Rousseau viendra s’installer dans cette belle maison qui disparaîtra vers 1953. C’est à cet endroit que mon père verra le jour en 1924.



Vers 1891, mon arrière-grand-père François-Xavier Doucet (à droite sur la photo) avait une petite épicerie située sur la rue Saint-Jacques un peu à l’ouest de l’église de Sainte-Cunégonde. Joseph-Alphonse Gougeon, lui, avait un magasin général un peu plus à l’est sur la même rue. Quelques années plus tard, M. Gougeon deviendra épicier et conseiller à la Ville de Notre-Dame-des-Neiges.



Sur cette photo, on aperçoit J.A. Gougeon avec son épouse Philomène Doucet au balcon de leur résidence vers 1918. En fait, J.A. Gougeon était le beau-frère de mon arrière-grand-père F.X. Doucet de Sainte-Cunégonde et de mon arrière-grand-oncle Joseph Doucet, époux de Philomène Desmarchais (voir arbre généalogique à la fin). Suite au décès de sa mère en 1861 et de son père quelques années plus tard alors qu’il était encore très jeune, Joseph Doucet aurait été le premier de mes ancêtres à avoir habité dans la Côte-des-Neiges. Il vivait alors avec la famille du cultivateur Paul Desmarchais et il travaillait probablement sur cette ferme. Vers 1878, Joseph épousera Philomène Desmarchais, une petite cousine de cette famille pionnière de la Côte-des-Neiges.



D’ailleurs, la famille de Joseph Doucet habitait juste en face de l’église dans une modeste demeure. C’est Joseph Doucet junior (au centre de cette photo prise vers 1916) qui transportait à l’occasion le curé Maréchal entre l’église Notre-Dame-de-Grâce et la chapelle de Notre-Dame-des-Neiges. Il semble même que Philomène préparait une chambre pour le curé lorsqu’il passait la fin de semaine dans le village. Ce sont les filles Doucet (dans les escaliers) qui sont devenues des gardiennes d’enfants pour plusieurs familles de la Côte-des-Neiges. Philomène Desmarchais, assise sur le balcon, décédera en 1918.


Au cours de cette période, J.A. Gougeon junior, avait ouvert sa propre épicerie dans le Plateau Mont-Royal, mais, vers 1921, il rachètera l’épicerie Prévost-Motard sur le chemin de la Côte-des-Neiges. Ovila Prévost était forgeron juste à côté de l’hôtel Lumkins avant de devenir épicier avec son beau-fils Oscar Motard. C’est lui qui avait fait construire la maison avec une façade de pierre grise qui se trouve maintenant sur Decelles au coin Maréchal.


Puis, suite au décès de son épouse, Joseph-Alphonse senior quittera sa belle grande maison au pied du futur Oratoire pour aller vivre dans un petit logement en face du nouveau magasin général de son fils près de l’actuelle rue Jean-Brillant. Il décédera quelques années plus tard. Sa fille Alice continuera de vivre dans la maison familiale avec la famille Bernier, puis avec la famille Rousseau.


En 1923, mon grand-père Antonin, dont la famille grandissait rapidement, rachètera l’ancienne maison de la famille Gougeon au 1070 Côte-des-Neiges. Antonin était très accueillant et il aimait beaucoup être entouré. Sur cette photo de 1923, on peut voir à gauche ma grand-mère avec son nouveau-né, ma tante Françoise, ainsi qu’Annie Doucet avec son bébé Rita. Les deux mères ainsi que leurs deux filles avaient tous les mêmes âges. Mon arrière-grand-mère Exilda Houle, épouse de F.X. Doucet, viendra aussi vivre dans cette maison après le décès de son mari.


Cette maison fourmillera d’enfants, mais cela n’empêchera pas mon grand-père d’apprécier la présence de ses belles-sœurs Aimée et Exevérine Doucet ainsi que de la cousine Alice Gougeon (en bas), sœur de l’épicier J. A. Gougeon jr.. Alice continuera à vivre dans un logement de cette maison du 1070 chemin de la Côte-des-Neiges qui sera officiellement divisée en deux adresses (4994 et 4996) avec le grand changement d’adresses de 1931. En 1945, après s’être déplacé avec ses épiceries à divers endroits de la ville de Montréal, Joseph-Alphonse junior, devenu employé civique, reviendra vivre à la maison familiale avec sa sœur jusqu’à ce que cette maison soit démolie vers 1953.

D’autre part, Aimée Doucet, que l’on voit à la gauche de la photo, était l’épouse de Louis Vaillancourt, carossier de Sainte-Cunégonde, dont le fils Wenceslas, ingénieur civil, fera bâtir une maison en 1931 au 3225 rue Lacombe. Wenceslas vivra pendant plusieurs décennies dans cette maison qui existe encore.


À partir de 1923, mon grand-père, qui était alors dans la trentaine, avait un voisin plus âgé qui s’appelait Alfred Bessette ou plus communément nommé le frère André. Celui-ci vivait seul dans sa chapelle juchée sur la montagne. Or, il semble qu’il demandait parfois à mon grand-père, comme à d’autres personnes du village, d’aller coucher dans le lit d’invité de sa chapelle pour le rassurer durant la nuit.

En 1928, Antonin déménagera toute sa famille élargie dans une autre belle maison accueillante de la rue Decelles qui aura des balcons tout autour pour permettre à ses nombreux enfants, à ses belles-sœurs et à sa belle-mère d’aller à l’extérieur tout en étant à l’abri des intempéries. Ses filles Thérèse et Gertrude ainsi que sa belle sœur Exévérine, célibataires, passeront une grande partie de leur vie avec lui.


On peut voir plus bas des sections de l’arbre généalogique de ces quelques familles qui ont participé à la vie de la Côte-des-Neiges. De toutes ces photos de personnages et de bâtiments du début du 20ième siècle, il ne reste plus rien d’autre que des souvenirs.

À la veille du 325ième anniversaire de la Côte-des-Neiges, il est important de se souvenir de nos ancêtres, des bâtiments disparus et de redécouvrir la vie qui animait ce village et l’attachement des gens envers leur quartier. Il faut continuer à partager notre mémoire et notre histoire à travers nos photos et nos souvenirs… avant d’avoir tout oublié.


Arbre généalogique des familles Doucet, Gougeon, Rousseau, Desmarchais et Vaillancourt


Familles J.A. Gougeon et Joseph Doucet


Famille Joseph Doucet


Texte et recherche Sylvain Rousseau

Sources:

SHCDN, BAnQ, Ancestry, Archives de Claire Rousseau et groupe Facebook Souvenirs et Mémoires de la Côte-des-Neiges


130 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout