Le Théâtre Empress

Le cinéma a été inventé par les Frères Lumières à

Paris en 1895. Quelques mois plus tard, soit le 27 juin 1896, c’est à Montréal qu’ils font la première projection cinématographique en Amérique du nord dans l’édifice Robillard (Palace Theatre) du quartier chinois.


Suite au succès de cet événement, on construit plusieurs théâtres de petite taille qu'on va nommer des scopes. Parmi ceux-ci, le Ouimetoscope est devenu la première salle de projection permanente au Canada.


Puis, entre les années 1910 et 1930, un nouveau type de bâtiment de dimension plus imposante sera construit pour accueillir plus de 1000 personnes. On y présentera des pièces de théâtre de type vaudeville ainsi que divers types d’événements culturels.


On y projettera de courts-métrages ainsi que de petits bulletins de nouvelles. Bâti en 1928, le théâtre Empress en fera partie. Il demeure aujourd’hui un des seuls cinémas atmosphériques qui existe encore en Amérique du Nord.


Après l'incendie du Laurier Palace le

9 janvier 1927, la famille Lawland, propriétaire de la plupart des établissements de projection à Montréal, décide de fonder la Confederation Amusements et débute la construction du Théâtre Empress qui sera le premier cinéma bâti selon des normes de protection d'incendie ce qui n'était pas courant à l'époque.


L’architecte Alcide Chaussé utilisera le style pharaonique pour distinguer son édifice. La façade de pierre sera réalisée par le sculpteur Edouard Galea alors qu’Emmanuel Briffa confectionnera les décors intérieurs.

Le Théâtre Empress, construit sur la rue Sherbrooke, sera inspiré de la découverte du tombeau de Toutankhamon en 1920. Tout l’occident éprouve alors une fascination pour l’Égypte ancienne. L’architecte représentera sur la façade du bâtiment deux têtes de Pharaon, des symboles égyptiens ainsi que des inscriptions pseudohiéroglyphiques.


À l’intérieur, les photographies nous laissent voir un décor somptueux avec des

moulures, des colonnes et divers artefacts. On peut aussi observer des représentations en peinture de scènes inspirées de l’Égypte ancienne. On réussit ainsi à créer une atmosphère qui plonge le client dans un décor dépaysant qui transporte le commun des mortels à une autre époque dans des lieux inusités.

Peu après l’ouverture du Théâtre Empress, l’entreprise est touchée par des problèmes financiers. Avec la crise économique de 1929, la clientèle se fera plus rare malgré l’introduction de films parlants.


L’Empress ferme ses portes en 1939. Il renaîtra entre 1963 et 1965 sous la forme d’un cabaret nommé le Royal Follies. Puis, entre 1968 et 1992, l’Empress devient le Cinéma V avec ses salles, bleu où l’on projette des films érotiques, et rouge pour visionner les films de répertoire.


Vendu en 1988 à la Famous Players,l’édifice sera incendié en 1992. Bien que le bâtiment soit abandonné depuis 30 ans, il conserve, malgré tous les dommages, certains éléments de son décor d’origine.

La ville de Montréal en est maintenant propriétaire. Cet ancien cinéma avec son style singulier exerce toujours une fascination pour les gens du quartier qui peuvent observer sa façade magnifique, mais qui aimeraient qu’on lui dévoile son décor intérieur si mystérieux.

Ce bâtiment de Notre-Dame-de-Grâce est le témoin d'une époque révolue au cours de laquelle la ville de Montréal était en pleine effervescence culturelle et artistique.







Texte et recherche Jonathan Buisson

Source https://fr.wikipedia.org/wiki/Ouimetoscope#/media/Fichier:Ouimetoscope-presse.jpg


https://ville.montreal.qc.ca/memoiresdesmontrealais/ledifice-robillard-premier-cinema-du-canada#&gid=1&pid=2


https://ville.montreal.qc.ca/memoiresdesmontrealais/lempress-theatre-premier-cinema-egyptien-montreal


https://memento.heritagemontreal.org/site/theatre-empress-cinema-v/


https://www.lapresse.ca/actualites/grand-montreal/2020-03-09/le-theatre-empress-de-ndg-sera-en-partie-sauve

673 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout