La Maison Roy un vestige de Notre-Dame-des- Neiges Ouest


Lors de votre prochaine balade dans la Côte-des-Neiges, arrêtez-vous un instant pour admirer un trésor caché, camouflé par les feuilles vertes des arbres, qui émerge au bout de la clôture dans le stationnement d’une station-service. Cette grande maison de style victorien s’élève dans toute sa splendeur comme seul témoin d’un ensemble composé de magnifiques maisons situées le long du chemin de la Côte-des-Neiges. Il y avait là autrefois les maisons des familles Legaré et Yale.

À l’origine, il y avait à cet emplacement, une petite maison de ferme installée sur les terres d’un des premiers censitaires de la Côte-des-Neiges, M. Porlier.

La maison apparaît en premier sur les cartes de 1879 sur la terre de Marie Valiquet. La première partie de la maison, faite de pierre des champs, est construit en 1815 par Louis Valiquet. Sa fille Marie-Louise en hérite en 1883 et son marie Calixte Roy construit la résidence cossue en lui annexant la modeste demeure de 1815 . Calixte Roy, maire de Notre-Dame-des-Neiges Ouest au bas de la côte, était aussi marguiller et agriculteur renommé. En effet comme les registres et journaux d'époque le prouvent, il a remporté plusieurs prix en agriculture notamment pour la culture de ses champs de blé et d'oignons entre autres.


La maison et les champs seront repris par son fils Édouard Roy qui entreprit la culture de melon de Montréal. Il avait appris les rudiments de cette culture particulière de la famille Décarie qui se spécialisait dans ce type de culture. L'histoire de ce melon a reçu beaucoup d'attention dans Notre-Dame-de-Grâce, mais on oublie parfois de souligner son importance dans la Côte-des-Neiges où il était cultivé.


Cette maison de ferme modeste fut agrandie au début du 20ième siècle. Comme les revenus de la famille augmentaient, la maison a pris de l'ampleur. Flanquée à l’avant de la petite maison de ferme, on ajouta une maison de style victorien de dimension assez imposante. Cette belle maison demeurera dans la famille Roy jusqu'en 1948 année où Albert Chagnon va en prendre possession. Puis, vers 1952, la famille Fiorito s’en portera acquéreuse pendant plus de 50 ans. Cette demeure sera conservée de façon remarquable jusqu'à ce qu’elle soit reprise récemment par la famille Fournelle qui y investira temps et argent pour la restaurer et la conserver dans son état presque original.



Cette maison faisait partie d'un ensemble de maisons de style victorien qui se trouvaient dans le bas de la côte. Toutes les autres maisons ont été démolies vers 1960 pour faire place à l'urbanisation et/ou permettre l'agrandissement du chemin de la Côte-des-Neiges. La maison des Roy avait la chance d’être éloignée du chemin de la Côte-des-Neiges ce qui a probablement facilité sa conservation. Comme plusieurs autres maisons ancestrales qui ont été construites avant l’urbanisation, l’aménagement des rues et le lotissement des terrains fait souvent en sorte qu’elles se trouvent cachées. Dans ce cas-ci, la façade est cachée par une station-service dont l’agrandissement à partir du coin Van Horne a fini par complètement masquer l’avant de la résidence. C’est comme si, dans les années soixante, on avait eu honte de notre patrimoine bâti et qu’on avait volontairement voulu cacher ces vieilles demeures derrière la modernité.


Il est certain que son emplacement en retrait du chemin de la Côte-des-Neiges a facilité sa sauvegarde, mais soulignons surtout la volonté de ses habitants successifs qui ont maintenu et respecté son aspect original sans jamais chercher trop à la modifier.


Aujourd’hui elle est occupée par le Centre de pédiatrie sociale du Docteur Julien pour le quartier Côte-des-Neiges.

Cette maison est un véritable exemple de conservation qui est le résultat d’une volonté de conserver nos bijoux du patrimoine bâti afin de leur donner un nouveau souffle pour passer à travers les prochaines années tout en leur donnant une chance de perdurer.



Les habitants de cette maison en passant par les familles Roy, Chagnon, Fiorito et Fournelle ont tous eu le courage de prendre la décision d’investir leurs efforts dans la conservation plutôt que d’abandonner cette demeure à la démolition ce qui nous donne aujourd’hui la possibilité de voir et même de pénétrer dans notre passé et de retourner dans notre histoire plutôt que de seulement s’en souvenir.


Texte et recherche Jonathan Buisson


Source https://imtl.org/image.php?id=2707

https://www.maisons-anciennes.qc.ca/news/un-exemple-de-meeceenat-patrimonial---la-maison-roy

https://www.facebook.com/groups/1395357620806687

328 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout