L’histoire de la pharmacie Miron de la Côte-des-Neiges (1907-1988)


En 1891, juste après avoir gradué en médecine à l’Université Laval de Montréal, le docteur Joseph Albini Charette (1865-1914) épouse Hermine Dagenais (1870-1934) lors d’une cérémonie de mariage bénie par le curé Napoléon Maréchal de la paroisse Notre-Dame-de-Grâce dont faisait partie la chapelle Notre-Dame-des-Neiges. Ils auront un fils, Philippe Auguste Charrette (1893-1939).

Le docteur J.A Charrette sera le médecin du village, mais il sera aussi marguiller de la nouvelle paroisse de Notre-Dame-des-Neiges (1901- ), commissaire de l’école, puis le dernier maire avant l’annexion à Montréal. En effet, il succédera à Joseph Brunet en 1907 et confiera l’annexion aux échevins Eustache Prud’homme et James McKenna en 1908.


En 1902, il se fera bâtir une belle maison au coin Côte-des-Neiges et Lacombe, puis, en 1907, il construira la pharmacie Northmount juste à côté sur l’avenue Lacombe dans laquelle il y aura un bureau de poste. Au début du 20ième siècle, la Northmount Land Company, dont le nom fut sans doute inspiré par la ville de Westmount, avait racheté plusieurs terres agricoles dont celles de James Swail pour établir un développement immobilier appelé Northmount où les plus fortunés pouvaient commander une belle maison sur mesure. Il y avait une quincaillerie Northmount, une rue et même un club de baseball Northmount dont le nouveau curé Perreault était d’ailleurs très fier.

Le journal La Patrie du 3 octobre 1907 annonce l’ouverture imminente de la pharmacie du Dr. Charrette. En 1908, le conseil municipal s’établira dans une salle de la pharmacie Northmount car il n’y avait pas d’hôtel de ville. Le fils du Dr. Charrette, qui prendra la relève comme médecin, vivra à l’étage de cette pharmacie avant de reprendre la maison familiale suite au décès de sa mère en 1934. Tout comme son père, Philippe décédera assez jeune.


En ce début de 20ième siècle, il est intéressant de noter que le médecin avec sa pharmacie avait en quelque sorte un célèbre compétiteur : le Frère André. En effet, le portier du Collège Notre-Dame était devenu très populaire auprès des paroissiens auxquels il distribuait un médicament universel : l’huile de Saint-Joseph. Souvent le frottage avec l’huile de Saint-Joseph était la solution appliquée aux paroissiens dont les maux n’avaient pu être guéris par des moyens plus scientifiques.


Avec le rachat des terres de la Northmount Land Co. par l’Université de Montréal vers 1928, le projet de la Northmount tombera à l’eau et plusieurs de ses belles maisons seront éventuellement démolies pour faire place au campus de l’Université. Vers 1940, la maison des Charette est reprise par le docteur Lafortune et la pharmacie change de nom pour devenir la pharmacie Côte-des-Neiges. Adrien Desforges, mon grand-oncle, s’y installera à l’étage avec sa famille. D’ailleurs, l’ancêtre de la famille Desforges est Jean-Baptiste Desforges dit Saint-Maurice qui fut un des premiers censitaires de Côte-des-Neiges en 1698. En effet, ce fera bientôt 325 ans que les Sulpiciens, les seigneurs de l’île de Montréal, ont fondé ce fief.



Puis, c’est vers 1949 que le pharmacien Léo Miron (1907-1992) viendra s’installer dans la Côte-des-Neiges avec son épouse Blanche Leroux (1908-2002) et ses enfants Micheline et Guy. Il avait auparavant acheté l’ancienne maison des Charette ainsi que leur pharmacie. Pendant une dizaine d’années, il conservera le nom de pharmacie Côte-des-Neiges bien que son nom, Léo Miron, sera affiché de façon dominante sur les murs extérieurs de sa pharmacie. Sa fille Micheline se mariera en 1958 à l’église Notre-Dame-des-Neiges juste en face de la maison familiale.







En 1967, la pharmacie Miron déménage au coin Côte-des-Neiges et Édouard-Montpetit dans un nouveau bâtiment (no.3). Le petit bâtiment de bois de la pharmacie sera abandonné et démoli vers 1970. À peu près au même moment, la Caisse Populaire Notre-Dame-des-Neiges qui avait été créée au sous-sol du presbytère et qui était située au rez-de-chaussée du bâtiment du restaurant Au Bouvillon (no.4) déménagera au même endroit ce qui permettra l’agrandissement à la fois du restaurant et de la caisse populaire.



Sur la photo aérienne datant du début des années 1970, on voit les emplacements suivants :

1- Lieu d’origine de la pharmacie Miron

2- Lieu de la maison du Dr. Charrette

3- Nouveau bâtiment commercial (1966)

4- Restaurant Au Bouvillon (1961-1987)


En 1977, une succursale de la Banque Nationale du Canada sera construite sur le lieu d’origine de la maison (no.2) et de la pharmacie Miron (no.3).


En 1986, la Banque Nationale et la famille Miron ont remis une maquette de la maison et de la pharmacie des Miron à la Société d’Histoire de Côte-des-Neiges. De part et d’autre de la maquette, on aperçoit Blanche, épouse de Léo Miron, en noir et sa fille Micheline Miron en fuchsia dans ce qui semble être la succursale de la Banque Nationale au coin Lacombe et Côte-des-Neiges.


En retrouvant une annonce dans La Presse du 22 juillet 1987 qui mentionne que la pharmacie Miron était à la recherche d’un commis pour son bureau de poste, je ne peux que constater que cette pharmacie avec son bureau de poste a été, pendant des décennies, une institution ancrée solidement au cœur de l’histoire et du développement du village de la Côte-des-Neiges. Vers 1988, la pharmacie Miron changera de nom une dernière fois avant de disparaître quelques années plus tard.

Cette institution, qu’on a d’abord appelé la pharmacie Northmount, puis la pharmacie Côte-des-Neiges et enfin, la pharmacie Miron, représente tout un pan de l’histoire de la Côte-des-Neiges. Plusieurs familles fondatrices du quartier y ont travaillé, y ont vécu, y ont grandi et s’y sont rassemblés ou retrouvés pour diverses raisons. À travers les murs de cette pharmacie, qui était à l’origine un modeste bâtiment de bois peint en blanc, nos souvenirs nous permettent encore aujourd’hui de revivre ou d’imaginer la vie d’un quartier et de mieux en comprendre l’histoire.


Texte et recherche Sylvain Rousseau

Sources : BAnQ, Album-souvenir du 50ième de NDDN, La Presse, Le Devoir, La Patrie et hyperliens suivants:

Ouverture de la pharmacie Northmount (La Patrie 3 octobre 1907) : https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/4316119?docsearchtext=Pharmacie%20Northmount

Citation sur la religion du frottage en parlant du frère André: https://www.lapresse.ca/.../01-953668-frere-andre-le...

P A Charrette 1927 (894 Lacombe 1920) Le devoir 27 juin 1927: https://numerique.banq.qc.ca/patrimoine/details/52327/2803678?docsearchtext=Philippe%20Auguste%20Charette

194 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout