top of page

L'école Notre-Dame-Des-Neiges et ses prédécesseurs

À l'époque où le quartier commence tranquillement à se développer, les institutions religieuses viennent en aide pour éduquer les enfants du peuple ici dans la Côte-des-Neiges. Dans le haut de la côte, près du noyau villageois, les élèves recevaient l'enseignement d'instituteurs laïques dans deux maisons privées situées sur un terrain de la ferme Desmarchais.

Par la suite, différentes écoles seront érigées, dont une pour les filles, qui occupera la double fonction d'école et de chapelle, elle fut construite en 1814 et subira plusieurs modifications avant d'être finalement détruite pour faire place à l'actuelle église Notre-Dame-Des-Neiges.


Pour ce qui est de l'éducation des garçons, dans un emplacement situé un peu plus bas, plus ou moins à l'emplacement de l'église Saint-Kevin, on y bâtira l'Académie Saint-Joseph.

Si vous êtes familier avec le quartier, vous avez peut-être remarqué l'inscription Académie Saint-Joseph sur la façade de l'école Notre-Dame-des-Neiges. En effet, l'Académie Saint-Joseph avait déménagé à l'emplacement actuel de l'école Notre-Dame-des-Neiges en 1918 et avait gardé le même nom. Ce n'est qu'en 1931 que le nom d'école Notre-Dame-des-Neiges a remplacé celui d'Académie Saint-Joseph.

L'Académie Saint-Joseph se trouvait à côté de la forge et le quotidien des étudiants était rythmé par le son des martèlements répétés du fer qui occupaient régulièrement l'espace sonore des lieux. Selon toute vraisemblance, l'Académie Saint-Joseph fut construite en 1848 et probablement démolie dans les années 1930.

Comme il était d'usage à l'époque, ses différents établissements d'enseignement étaient gérés par des laïques et des institutions religieuses et, lorsque les infrastructures le permettaient, les garçons et les filles étaient répartis dans des établissements séparés. Comme le village devenait de plus en plus peuplé, les enfants de cette population croissante avaient aussi besoin d'un établissement scolaire plus grand pour les accueillir, c'est ainsi qu'on décida de construire l'école Notre-Dame-Des-Neiges.

C'est sur les terres de la famille Doucet, à l'endroit même où le ruisseau serpentait jadis, que s'est élevée notre école. L'emplacement avait été judicieusement choisi par Pierre Claude, tanneur de profession, qui avait su tirer parti des eaux abondantes qui jaillissaient dans ce secteur pour y bâtir sa tannerie. En 1918, notre école a vu le jour, sous la baguette magique de l'architecte George Alphonse Monette. Elle a ainsi pu accueillir sous un même toit filles et garçons, bien que ces derniers fussent séparés par une cloison centrale.

Ainsi la cour d'école comportait un mur en son milieu pour éviter les interactions entre garçons et filles et comme pour plusieurs écoles construites à cette époque, on retrouve les inscriptions "Garçons" et "Filles" de chaque côté de la façade, témoignage d'une réalité presque oubliée aujourd'hui.

Après la destruction du village, plus de 200 familles ont quitté le secteur pour se relocaliser, la démographie du secteur change à l'automne de 1972 et le faible achalandage de l'école laisse planer la menace de fermeture de l'école, on parle même de détruire le bâtiment.

Fort heureusement, un groupe de parents et de citoyens s'organisent et mettent au point plusieurs stratégies afin de permettre l'augmentation du taux d'occupation du bâtiment. En offrant toutes sortes de services, tel un programme d'accueil aux nouveaux immigrants, des classes d'accueil et d'orientation, ainsi que des formations à toutes les diverses communautés du quartier, cela aura entre autres pour effet de rassembler les multiples communautés de Côte-des-Neiges, ce qui aura incontestablement un franc succès.

Récemment, notre école a subi une perte irréparable avec la destruction du bâtiment qui s'élevait fièrement à son flanc sud. Cette perte tragique a été causée par une possible négligence ou des vices de construction, effaçant ainsi une partie de l'histoire qui faisait de cet édifice un tout cohérent. Cependant, dans la tristesse de cette perte, nous gardons espoir pour la reconstruction future. Peut-être pourrons-nous même, à cette occasion, mettre en lumière l'histoire de ce lieu emblématique, en hommage aux durs labeurs de nos ancêtres. Ainsi, nous pourrons nous rappeler que chaque jour que notre vie d'aujourd'hui est le fruit de leurs efforts, et qu'il est de notre devoir de perpétuer leur mémoire avec respect et gratitude. Témoignage de la volonté de cette communauté d'offrir une éducation de qualité à ses enfants, cette école est devenue un lieu de rencontre et de partage, où des générations d'élèves ont puisé leur savoir et leur inspiration. Et si le temps a fait son œuvre, effaçant certaines traces du passé, notre école demeure un monument de la fierté de notre quartier, symbole de notre engagement à perpétuer la tradition de l'excellence.


Texte et recherche Jonathan Buisson

Source Banq Archive ville de Montréal Facebook Souvenirs et Mémoires Côte-des-Neiges Notre-dame de Grace et Outremont

photo de la destruction Etienne Proulx

Posts récents

Voir tout

1 comentário


Roxanne Milot
Roxanne Milot
08 de fev.

Le bâtiment qui a récemment été démoli abritait le CPE de la Côte : une institution du quartier! D’abord née d’une initiative de citoyennes du quartier (membre de la Coop Village Côte-des-Neiges) en 1978, cette garderie populaire a été installée dans l’ancienne résidence des religieux de l’École Notre-Dame-des-Neiges. Intégrée au réseau des centres de la petite enfance (CPE) en 1997, ce milieu de garde a permis d’accueillir des milliers de petites frimousses dans cette bâtisse de 3 étages jusqu’à ce que la CSSDM évince le CPE de la Côte à l’été 2020 en évoquant la dangerosité du bâtiment.  Le CPE a dû déménager en urgence après plus de 40 ans à cet endroit! Le bâtiment a été détruit le 15 mars…

Curtir
Post: Blog2_Post
bottom of page